Il était une fois, Facebook, Google Yahoo, Netflix, Apple et Uber qui opéraient dans la Silicon Valley. Autrefois appelée Santa Clara Valley, cette ancienne région agricole abrite désormais la moitié des milliardaires du domaine high-tech au monde. Aujourd’hui pôle d’innovation mondial incontestable et terrain de jeu des start ups dans le domaine technologique, elle est aussi le berceau de nombreuses entreprises dans le domaine médical et de l’ingénierie. Alors, comment la Silicon Valley est-elle passée d’un territoire agricole à une terre d’innovation guidée par la recherche et développement et le goût pour la prise de risque et pourquoi est-elle si appréciée des entrepreneurs?

Les débuts:

La Silicon Valley, située dans la Santa Clara Valley est une zone géographique comprenant un ensemble de villes situées au sud de la Baie de San Francisco. À l’origine, le terme désignait la zone délimitée par les régions de Palo Alto, Menlo Park et L’université de Stanford. Entourée de la Baie de San Francisco à l’Est, des montagnes de Santa Cruz à l’Ouest et de Redwood city au Nord, cette région était à l’origine une zone agricole, et tirait ses revenus de la production de fruits, notamment abricots et prunes. La Santa Clara Valley était, d’ailleurs, au début du 20e siècle la capitale mondiale de la prune. Si la Silicon Valley ne deviendra un pôle d’innovation dans les domaines industriels et technologiques qu’après la seconde guerre mondiale, certains signes précurseurs, annonçant le développement dans le domaine électronique à venir, sont désormais connus. En effet, c’est en 1912, dans la ville de Palo Alto, que Lee de Forest et ses collègues développèrent une technologie qui sera à l’origine de la radio, du radar, de la télévision et des ordinateurs électroniques. La première diffusion radio  publique eut d’ailleurs lieu à San Fernando et la toute première diffusion publique de télévision (avec système électronique) à San Francisco. Mais c’est le travail de Frederick Terman, qui marquera véritablement le développement de l’industrie électronique dans la Silicon Valley. Après avoir étudié à Stanford et au MIT, Terman, alors professeur d’ingénierie en radio à Stanford, créa un programme en électronique et ingénierie électrique pour l’université. Dans les années 30, il encouragea Stanford et les entrepreneurs locaux à se développer dans la région plutôt que de partir pour la côte Est. Il joua d’ailleurs un rôle essentiel dans la décision de William Hewlett et David Packard (fondateur de Hewlett-Packard) d’installer le siège de leur compagnie dans la Silicon Valley.

La période charnière:

Les années 40 allaient s’avérer un moment décisif dans le développement de la Silicon Valley en pôle d’innovation technologique. La décennie allait d’ailleurs être une période charnière non seulement pour la Silicon Valley et la Californie mais également pour l’ensemble de la côte Pacifique. En effet, la guerre du Pacifique conduisit des milliers de militaires à travers les ports de la côte comme le port de San Francisco et fut le théâtre de dépenses militaires sans précédent. Après la deuxième guerre mondiale, la guerre froide pris la relève et généra, à travers une forte activité militaire, une source de revenus importante pour la Californie. L’état fut d’ailleurs baptisé par Eisenhower capitale militaire des États-Unis. À quelques kilomètres du port de San Francisco et de l’activité militaire, Stanford, dont la mission était à l’époque ‘’d’apporter quelque chose d’ utile au monde’’ et dont les programmes technologiques et scientifiques dominaient déjà les cursus, allait jouer un rôle vital dans l’avènement de la Silicon Valley. Alors que les dépenses militaires s’accéléraient et que les États-Unis entraient dans l’âge nucléaire, Terman reconnut une opportunité unique pour Stanford d’aider la région à s’élever au rang de pôle technologique mondial. Il y vit aussi une occasion pour l’université de devenir aussi prisée que Harvard. Il convainquit le président de l’université de Stanford de développer des cursus scientifiques et d’ingénierie électronique, en partenariat avec les entreprises du secteur, afin de développer des synergies, chose qui n’avait jamais été faite auparavant et qui permettra à la région de se démarquer. En 1947, William Shockley, originaire de Palo Alto dans la Silicon Valley, inventa le transistor dans les laboratoires Bell dans le New Jersey et décida de revenir dans la région pour y créer sa propre start up (Shockley Semiconductor) basée sur le développement des technologies en rapport avec les semi-conducteurs grâce au transistor. Shockley venait de gagner le prix nobel et le fait qu’il s’installe à Palo Alto fut remarqué à l’époque. Il embaucha de brillants ingénieurs dont nombre créèrent par la suite leur propre entreprise dans la région, notamment, dû au caractère impétueux de Shockley. Huit d’entre eux, surnommés the traitorous 8,  créèrent Fairchild Semiconductor et prirent le contre-pied de Shockley. Ils insufflèrent une nouvelle culture dans la Silicon Valley, égalitaire et basée sur la récompense du travail bien fait et la culture du pub. Fairchild développa certaines des inventions les plus importantes du 20e siècle dont, notamment, le transistor au silicium et les circuits intégrés analogiques. En 1971, Don Hoefler, un journaliste local, baptisa alors les lieux Silicon Valley (du nom du matériau essentiel des composants électroniques; le silicium) face au nombre croissant d’entreprises high tech qui s’y installaient.

La course à l’espace:

En 1957, le premier satellite artificiel, Spoutnik fut lancé par les Russes déclenchant alors ce qui fut appelé la course à l’espace. Les États-Unis et la Russie, en pleine guerre froide, étaient en compétition dans le domaine astronomique. Le lancement de Spoutnik déclencha une demande sans précédent pour les petits composants électroniques utilisés pour concevoir les satellites et les moyens de communication, propulsant du même coup, la Silicon Valley sur le devant de la scène internationale dans le domaine technologique. Le gouvernement américain était alors prêt à dépenser une fortune en technologie de pointe afin de remporter cette compétition!

La compétition liée au lancement de Spoutnik a déclenché une vague d’innovations technologiques sans précédent à l’origine du succès de compagnies comme INTEL, AMD ou NVIDIA. Dans les années 60, le mouvement hippie dans la région de San Francisco, incita les entreprises technologiques de la région à devenir plus flexibles, ouvertes à l’échange et à la mise en oeuvre de nouvelles idées. Cette nouvelle vision unique et sans précédent a joué un rôle vital dans l’émergence d’une culture de l’innovation et du risque. Le risque n’est plus vu comme un échec mais comme un apprentissage et fait partie intégrante de l’ADN de la Silicon Valley. Cette contre-culture explique donc le rythme effréné du lancement de starts up dans les nouvelles technologies.

Les 50 dernières années ont transformé une région agricole paisible en véritable pôle d’innovation mondial, siège de quelques unes des entreprises high tech les plus puissantes au monde. D’ailleurs, si la Silicon Valley était un état indépendant, elle serait la douzième puissance économique mondiale. Avec une course effrénée à l’innovation plus présente que jamais, il nous tarde de découvrir ce que les 50 prochaines années dans la Silicon Valley nous réserve ! Pas vous?