Dans la communauté des développeurs, un mythe perdure depuis des année: Sans passion, devenir un professionnel du code informatique est impossible. Cette obsession pour la passion est telle que le terme apparaît dans une majorité d’offres d’emploi du secteur. Elle met une pression incroyable sur les développeurs et en découragent plus d’un, après quelques mois passés en poste, lorsqu’ils se rendent compte que les développeurs ‘’passionnés’’ travaillent sur le code en dehors de leurs horaires de travail, à n’importe quelle heure du soir et du weekend. Certains développeurs vivent, en effet, pour le code informatique et leurs heures de loisirs sont également consacrées à coder. Si le fait d’être passionné est indéniablement perçu comme un atout par les employeurs, est-ce vraiment un trait nécessaire si l’on souhaite exercer la profession?

Être passionné est un atout:

  • Moteur d’excellence 

Être passionné est souvent lié au goût du travail bien fait et au sens de l’accomplissement. Des développeurs passionnés citent souvent le fait qu’ils se sentent accomplis lorsqu’ils développent des logiciels ou applications en partant de rien. Tout comme un artiste, ils créent, non pas pour divertir mais pour aider.

Ils aiment le fait qu’ils puissent résoudre un problème et apporter une solution a un besoin. Ils savent que, grâce à leur travail, ils permettent à un grand nombre de personnes de gagner du temps et d’être plus performantes dans leurs tâches quotidiennes. Ils sont enthousiastes à l’idée de se lever le matin pour travailler sur des projets qui comptent et améliorer le quotidien de l’homme. Ils aiment le fait qu’ils contribuent à repousser les limites du développement informatique. Cet enthousiasme et cette volonté d’aider les rendent passionnés et ils sont alors prêts à travailler jour et nuit et à se dépasser pour trouver les meilleurs solutions possibles. La passion est ici clairement un moteur d’excellence.

  • Source de persévérance:

Le secteur du développement informatique peut être particulièrement challenging car les langages et technologies évoluent sans cesse. Il faut donc constamment apprendre et mettre à jour son code. Cela peut nécessiter de nombreuses heures de travail supplémentaire et énormément de patience. Être passionné peut s’avérer extrêmement utile puisque sans passion, le fait de devoir passer des jours sur un projet qui aurait auparavant pris quelques heures à cause d’un changement de langage, par exemple, peut créer de la frustration et mener à l’abandon de la profession. Être passionné permet de s’amuser lorsqu’on apprend. La passion est souvent liée à la curiosité et à l’enthousiasme à l’idée de développer de nouvelles compétences, de repousser ses limites et de s’améliorer. En somme, la passion peut faire la différence entre persévérance ou abandon.

La passion n’est pas un pré-requis pour être développeur

Si, être passionné peut parfois aider le développeur à surmonter les challenges et difficultés de la profession, la passion peut parfois être préjudiciable si elle est aveugle et empêche rationalité et productivité comme le rappellent Jacob Kaplan-Moss, créateur de Django ou encore Jacob Thornton, créateur de Bootstrap.

  • Apprendre pendant ses heures de travail :

Le mythe veut qu’un développeur informatique doit constamment apprendre et se former sur ses heures de temps libre. Il peut ainsi être à jour avec les dernières évolutions du code, des langages, des technologies et de l’industrie. De nombreux développeurs qui ont très bien réussis réfutent ce mythe. Un développeur peut parfaitement se former, apprendre, se développer professionnellement et effectuer son travail pendant les heures de travail normales. L’entreprise devrait fournir l’environnement et le cadre de travail nécessaires pour que le développeur puisse avoir un équilibre vie professionnelle et vie privée sans que cela se traduise par une moindre performance ou l’impossibilité de se développer professionnellement. 

  • Rationalité et esprit critique sont plus importants que la passion:

Les start ups offrent un environnement propice à la passion. Un nouveau concept, une équipe jeune et dynamique et un but commun; développer le meilleur produit ou service sur le marché et rendre l’entreprise rentable rapidement. Selon une étude réalisée par CBI Insight, dans 42% des cas elles échouent parce qu’elles essaient de résoudre des problèmes intéressants au lieu de résoudre des problèmes qui répondent à un besoin du marché. Savoir prendre du recul, analyser les problèmes calmement et avoir l’esprit critique sont autant de traits qui permetteront au développeur de mieux cibler les besoins du clients et d’adapter le code pour améliorer l’offre produit/service. 

  • Rester concentré sur l’objectif :

 Les développeurs passionnés sont souvent très enthousiastes à l’idée d’apprendre et d’utiliser de nouvelles technologies. Ils cherchent toujours à coder, créer quelque chose de nouveau. En bref, ils suivent leur passion. Ceci peut constituer une distraction majeure et les détourner de l’objectif initial. Parfois, il est bien plus efficace d’utiliser les technologies et programmes existants plutôt que de passer des heures à essayer de créer un nouveau code! Un développeur qui sait prendre du recul, faire preuve de professionnalisme et faire passer l’intérêt de l’utilisateur et de l’entreprise avant son propre intérêt (suivre sa passion pour le code) se révèlera donc être un atout pour l’entreprise pour laquelle il travaille. 

  • L’importance de l’équilibre travail-vie personnelle:

Pour faire son travail de développeur efficacement, il faut être en bonne santé mentalement. L’équilibre travail-vie personnelle est alors très important. Être sociable, savoir communiquer et travailler en équipe sont autant de qualités nécessaires chez un développeur qui seront plus à même d’être présentes chez les développeurs qui ont une vie sociale. Aussi un bon équilibre travail-vie personnelle permet au développeur de revenir sur son lieu de travail reposé, revigoré et prêt à travailler de manière productive. Une étude de l’OCDE a d’ailleurs démontré que, travailler moins, permet d’augmenter sa productivité. La perte de concentration et de motivation sont deux raisons citées pour la chute de productivité après 7 heures de travail d’affilée. Si être passionné mène à d’innombrables heures supplémentaires, la passion risque de devenir contre productive ! 

La réponse à la question; faut-il être passionné pour être développeur est loin d’être binaire. Un développeur peut être passionné par le code informatique et avoir une vie sociale, savoir prendre du recul et communiquer avec son équipe. Mais il peut également posséder ces qualités sans se considérer passionné. Il n’y a rien de mal à aimer coder au travail mais vouloir se reposer pendant son temps libre. La passion est un bonus qui apporte joie et sensation d’accomplissement à bon nombre de développeurs mais qui peut aussi en décourager et déprimer plus d’un si elle devient  synonyme d’heures supplémentaires infinies. La passion peut aussi se traduire par un manque d’efficacité si elle s’accompagne d’un manque de qualités humaines ou d’un manque de discipline.