Saviez-vous que le premier développeur au monde était en fait une femme ? Cela peut paraître surprenant en 2020, alors que seulement 11% des développeurs au monde sont des femmes selon une étude menée dans le cadre de l’enquête de salaire Pearson Frank Java and PHP Salary Survey. Pourtant, alors que l’informatique n’en était qu’à ses balbutiements, c’est bien une femme qui allait révolutionner le monde scientifique et changer le cours de l’histoire, à jamais, en inventant le premier programme informatique; elle s’appelait Ada Lovelace. En effet, cette jeune anglaise visionnaire et brillante programmait déjà, 100 ans avant la commercialisation du premier ordinateur par IBM en 1952.

Alors qui était Ada Lovelace et comment le monde du développement informatique est-il progressivement devenu un domaine dominé par la gente masculine?

Qui était-elle?

Surnommée l’enchanteresse des nombres par son ami, le mathématicien Charles Babbage, Ada Lovelace est unanimement reconnue comme étant le premier développeur/programmeur au monde. Véritable pionnière de la science informatique, ses accomplissements sont multiples mais elle est surtout connue pour avoir écrit, dans les années 1840 et sur papier, le premier algorithme destiné à être exécuté par une machine. Plus qu’une simple mathématicienne, il s’agissait d’une visionnaire capable de prédire que les machines comme la machine analytique sur laquelle Charles Babbage et elle travaillait (Analytical Engine), pourrait un jour être utilisées afin de composer de la musique, créer des graphiques ou assister la science. Elle fût la première à énoncer le principe d’une intelligence artificielle et de machines capables de calculer automatiquement et de manipuler à la fois chiffres et symboles.

Comment en est-elle arrivée là?

Fille du célèbre poète anglais Lord Byron, Ada, alors adolescente, fit la connaissance d’un professeur de mathématiques à Cambridge nommé Charles Babbage. Le professeur Babbage venait alors d’énoncer, pour la première fois, le principe du tout premier ordinateur destiné aux calculs automatiques ainsi qu’à l’impression de tables mathématiques. Le projet fût baptisé la machine à différences (Difference Engine). S’il ne réussira jamais à donner vie au projet, le concept même d’ordinateur était bel et bien né. Babbage fût rapidement impressionné par la jeune Ada et ils passèrent des années à échanger à propos des mathématiques et de l’informatique. 

En 1842, Charles Babbage donna une conférence à Turin sur son dernier projet; La machine analytique (Analytical Engine), une machine à calculer programmable. Ada, chargée de traduire les notes de Babbage du Français à l’Anglais, y ajouta ses propres notes. Elle y écrivit, notamment, un algorithme destiné à permettre à la machine de calculer automatiquement les chiffres de Bernoulli. Cet algorithme est désormais considéré comme étant à l’origine du premier programme informatique au monde !

Ada mourut en 1852 mais plus de 150 ans plus tard nous honorons toujours sa mémoire et son génie, chaque année, le deuxième mardi d’Octobre lors de la journée d’Ada Lovelace. Il s’agit d’une journée non seulement consacrée à Ada mais également à la reconnaissance et célébration des femmes en général dans le domaine scientifique. 
À partir de cette époque et jusque dans les années 40, la division des tâches dans le domaine informatique restera telle quelle; les femmes en charge de la programmation ( alors vu comme un travail administratif subalterne) et les hommes en charge de la construction des pièces.

Mais alors, pourquoi y-a t-il si peu de femmes dans le domaine aujourd’hui?

Dans les années 1940, les hommes commencèrent à reconnaître l’importance critique de la programmation dans cette nouvelle ère informatique. Afin de rendre leur travail encore plus important aux yeux de la communauté scientifique, la première génération de développeurs masculins créèrent une identité professionnelle du programmateur bien spécifique qui exclut totalement les profils féminins. Ils en firent, délibérément  une discipline scientifique de haut rang, seul apanage de la gente masculine. C’est alors qu’est né le stéréotype, qui s’applique encore aujourd’hui, du développeur masculin.

Dès les années 60, de nombreuses associations de développeurs, comme   l’association pour les machines de calcul (ACM en anglais), virent le jour. Les dirigeants de ces associations, à très forte domination masculine, commencèrent à ériger des barrières à l’entrée pour les femmes avec, notamment, l’obligation de posséder de multiples diplômes. Les entreprises elles-même commencèrent à concentrer leur recrutement sur des profils typiquement masculins comme le montre une des publicités que les ressources humaines d’IBM diffusèrent à cette époque. La publicité demandait, en effet, aux candidats potentiels s’ils étaient ‘’hommes à commander des géants électroniques’’. Le rôle des femmes dans l’informatique et dans la programmation avait été oublié laissant place à une inégalité flagrante.

Si le fossé s’est légèrement réduit depuis les années 60 et les femmes sont de plus en plus acceptées et même recherchées par les entreprises, avec la mise en place de lois sur l’égalité hommes-femmes dans nombre de pays, le secteur reste tout de même le terrain de jeu des hommes. Pourtant, de nombreuses femmes ont marqué l’histoire de la programmation depuis Ada Lovelace. Citons par exemple Margaret Hamilton qui a participé à la création de l’un des codes à l’origine de la mission Apollo ou, plus récemment, Julia Liuson, surnommée la Madonna du développement informatique pour son rôle, notamment, dans l’amélioration du langage C#. Une étude publiée en 2017 a, d’ailleurs, démontré que les femmes sont meilleures que les hommes en ce qui concerne le code informatique.Alors n’attendez plus ! Si vous êtes une femme et souhaitez vous lancer dans une carrière de développeuse, nous serions ravis de vous accueillir lors de l’une de nos prochaines sessions !